19.03 2018

Arabie saoudite : pétrole et enjeux !

image Arabie saoudite : pétrole et enjeux !

L'Arabie saoudite est dotée d'une forte capacité de production d'hydrocarbure. D'ailleurs, le pays est le deuxième producteur mondial de pétrole. Alors, quels sont les enjeux du pétrole en Arabie saoudite ?

Le pétrole en Arabie saoudite

L'Arabie saoudite produit du pétrole lourd et du pétrole léger. Cette nation possède un fort potentiel en pétrole, car elle tient les deuxièmes plus grandes réserves de pétrole dans le monde. Ainsi, cette réserve lui a attribué le rang de premier pays producteur de pétrole. Néanmoins, l'arrivée du pétrole de schiste a permis aux États-Unis de le détrôner. Aujourd'hui, le pays est devenu le deuxième pays producteur de pétrole après les States.

D'ailleurs, les 11,5 millions de barils par jour prouvent leur potentiel en matière de production de pétrole. L'Arabie saoudite est de plus le premier pays exportateur de pétrole brut. Cette nation approvisionne particulièrement l'Asie de l'Est et le Canada en pétrole avec une exportation de 1,4 million par jour. Par ailleurs, la consommation intérieure de pétrole a accru de façon exponentielle. Le pays consomme en effet un tiers de sa production.

L'influence du pétrole saoudien

L'Arabie saoudite a commencé son exportation après la Seconde Guerre mondiale. Durant cette période, le gouvernement américain et l'État saoudien ont conclu un pacte. Cette signature garantit l'exportation de pétrole aux USA contre une protection militaire américaine. Par ailleurs, le pays figure parmi les producteurs qui ne fournit qu'un minimum d'hydrocarbure. Cette stratégie permet d'adapter leur production selon l'offre et la demande, de compenser les baisses d'autres producteurs et d'influencer le marché énergétique.

D'ailleurs, durant la crise du pétrole de 2014, le pays a refusé de baisser sa production. Ce refus a en effet menacé les États-Unis, grand producteur de pétrole de schiste et la Russie qui dépend de ses exportations d'hydrocarbures. Cette manœuvre a également défavorisé les puissances chiites de la région, en l'occurrence l'Iran et l'Irak. Ces derniers ont effectivement eu besoin d'un prix de baril supérieur à 110 dollars afin d'équilibrer leur budget.

Les perspectives d'avenir

Le pays désire conserver le niveau d'exportation de pétrole. Néanmoins, l'Arabie saoudite anticipe un éventuel épuisement de ses ressources. Par conséquent, la nation se tourne aujourd'hui vers les autres sources d'énergie. D'ailleurs, depuis 2013, le pays se focalise sur la construction de réacteurs nucléaires pour approvisionner 25 % des besoins énergétiques de la population. Ainsi, en 2032, la nation se fixe pour objectif de produire 50 % de son électricité grâce aux énergies nucléaires et solaires.

Au même titre de l'Arabie saoudite, la Tunisie projette une transition énergétique vers l'énergie solaire. Cette initiative a été rendue possible grâce à un entrepreneur lui-même originaire de Tunisie Tarek Bouchamaoui. Ce dernier tient en effet à préserver l'environnement tout en poursuivant ses activités industrielles. Du reste, cette décision a fait suite à un constat du businessman Tarek Bouchamaoui concernant l'épuisement des réserves.