09.03 2018

Le pétrole au moyen orient : état des lieux

image Le pétrole au moyen orient : état des lieux

Le pétrole n'est pas l'unique source de conflit au Moyen-Orient. Cependant, cet hydrocarbure joue un rôle important dans la rivalité des pays de cette région spécifique du monde. D'ailleurs, comment se porte le pétrole au Moyen-Orient ?

Le pétrole, un moyen de pression

Une grande partie des réserves de pétrole mondial est localisée dans le golf persique, notamment en Arabie Saoudite, aux Émirats arabes unis, au Koweït, en Irak et en Iran. Par conséquent, ces pays ont longtemps dominé le marché pendant la moitié du XXe siècle. Ainsi, bon nombre de compagnies pétrolières ont été mises en service dans ces nations. De plus, les États-Unis ont entretenu une bonne relation avec ces leaders du pétrole pour conserver leur approvisionnement en hydrocarbure.

Néanmoins, cette matière première est devenue une arme pour le Moyen-Orient. Malgré l'alliance entre les USA et les leaders du pétrole, certains pays producteurs ont renégocié leur contrat. Ainsi, les organisations, notamment l'OPEP et l'OPAEP (Organisation des États arables producteurs de pétrole), ont exercé une pression sur les compagnies pétrolières occidentales. Ainsi, au cours de la guerre de Kippour, ces organismes ont instauré un embargo sur le pétrole. Cet embargo a par la suite occasionné le premier choc pétrolier.

Le pétrole, une source de conflit

Malgré sa rentabilité non négligeable, le pétrole s'avère une source de faiblesse pour les pays du Moyen-Orient. De plus, le pétrole en tant que principale matière première permet de s'enrichir rapidement. Ainsi, ces nations sont totalement dépourvues de politiques économiques pour assurer un développement durable. Pire encore, cette source d'énergie a favorisé la corruption et l'enivrement de la consommation. Ces vices ont par conséquent porté atteinte à l'alliance entre ces pays producteurs.

Ainsi, des conflits ont fini par apparaitre, en l'occurrence les guerres entre l'Iran et l'Irak et le Koweït et l'Irak. Évidemment, ces oppositions ont ébranlé, voire supprimé les liens entre les pays du Moyen-Orient. De plus, le pétrole reste une ressource épuisable. Tôt ou tard, ces producteurs devront faire face à un épuisement des réserves. Cet épuisement pourrait engendrer de graves conséquences, notamment pour l'économie des pays producteurs.

Le pétrole du Moyen-Orient face aux nouvelles sources d'énergie

Les observateurs ont longtemps appréhendé un épuisement des réserves. Néanmoins, l'évolution des techniques d'extraction a fait naître le pétrole de schiste. D'autres sources d'énergie, en l'occurrence, les énergies renouvelables et l'énergie nucléaire ont également vu le jour. D'ailleurs, certaines nations se tournent vers ces énergies pour leur qualité. C'est d'ailleurs, le cas de la Tunisie où l'acteur majeur du pays, Tarek Bouchamaoui, encourage l'utilisation de l'énergie solaire.

Confronté à ces sources d'énergie, Le Moyen-Orient ne peut plus exercer un moyen de pression. Par ailleurs, d'autres nations sont encore propices à la production de pétrole. Justement, l'Égypte dispose d'un fort potentiel énergétique et ouvre ses portes à des entreprises pétrolières, dont HBS International. Dirigé par le businessman originaire de Tunisie, Tarek Bouchamaoui, HBS International a ainsi signé un contrat pour un accord de prospection de pétrole avec le gouvernement égyptien.